Analyse du tissu urbain : la méthode physiologique

Titre - L'analyse physiologique du tissu urbain - Joris Danthon

L’analyse urbaine porte non seulement sur le « vocabulaire » urbain (types de places, de rues, de constructions) mais aussi la  « syntaxe » urbaine, c’est-à-dire les modes de combinaison entre ces éléments. Elle constitue un préalable  indispensable à bien des projets urbains. Morphologique, elle ne porte pas directement sur les aspects sociaux ou économiques du tissu urbain, mais sert de préalable utile à leur étude. Elle permet de déterminer le rôle d’un bâtiment du point de vue de la structure urbaine, et d’anticiper les effets de sa suppression, de sa modification ou de sa création.

Dans les tissus urbains traditionnels, les éléments du tissu urbain ne sont pas des entités séparées uniquement reliées par des liens fonctionnels. Dans le domaine de l’urbanisme le fonctionnalisme a créé des espaces très schématique et pauvre en termes de conception de l’espace, les bâtiments n’y présentant que peu d’articulation morphologiques. Aujourd’hui les concepteurs d’espaces urbains vivables doivent intégrer cette complexité, que permet précisément d’appréhender l’analyse du tissu urbain.

Le tissu urbain, ensemble des relations entre les éléments urbains ayant un caractère répétitif, ne doit pas être confondu avec la forme urbaine, rapport entre le tissu urbain et la structure urbaine entendue comme constituée de l’ensemble des éléments structurants d’une ville (grands axes, limites, monuments et équipements majeurs). Il est également distinct du site urbanisé, rapport entre le tissu urbain et la topographie du site.

Il existe deux grandes approches dans l’analyse du tissu urbain :

-l’approche anatomique, consistant à le subdiviser en des unités réduites qui seront étudiées l’une après l’autre

-l’approche physiologique, qui amène à diviser l’ensemble du tissu urbain en systèmes, à les étudier séparément puis à analyser leurs interactions

Nous développerons ici l’approche physiologique, plus synthétique et structurelle, et se prêtant d’avantage à des représentations graphiques. Elle fut développée par Pierre Lavedan (1885-1982) et Michael R. Conzen (1907-2000) et repose sur la décomposition du tissu urbain en 4 systèmes, que sont :

-le système parcellaire, répartition du sol en unités de propriété foncière

-le système viaire, qui permet la circulation entre les parcelles

-le système bâti, ensemble des bâtiments quelle que soit leur fonction et forme

-le système des espaces libres, c’est-à-dire des espaces non bâties non compris dans le système viaire, qu’ils soient publics ou privés

Les systèmes parcellaire et viaire forment un couple appelé mode de distribution de l’espace urbain, tandis que les systèmes du bâti et des espaces libres forment le couple dit mode d’occupation du territoire urbain. Le premier se présente dans un espace à deux dimensions mais le second nécessite une représentation tridimensionnelle. Au niveau des bâtiments seules sont prises en compte les grandes variations volumétriques, formant un sorte de « vélum » moyen, l’analyse fine des constructions n’étant pas l’objet de ce type d’analyse.

Prenons ce dessin tiré d’une photographie aérienne :

illustration I

La décomposition de ce tissu en 4 systèmes nous donne les illustrations suivantes :

illustration II

illustration IIIillustration IVillustration V

Nous avons donc successivement le système parcellaire, le système viaire, le système du bâti et le système des espaces libres.

Cette décomposition peut normalement être effectuée à partir du plan cadastral. Chacun de ces systèmes fait indépendamment l’objet d’une analyse via des critères topologiques (rapports des éléments entre eux), des critères géométriques (caractéristiques géométriques de ses composants) et des critères dimensionnels (rapports de grandeur entre ses éléments), comme illustrés ci-dessous.

les rapports de composition typologique entre composantsles rapports de composition géométrique entre composantsles rapports d'échelle entre composants

Afin d’accéder à une description détaillée et illustrée de la méthode physiologique, vous pouvez vous diriger vers ce cours :

http://fr.slideshare.net/SaidMazouz/mthode-danalyse-morphologique-de-borie-et-denieul-upload

 

En combinant les caractéristiques propres à chacun de ses systèmes, on obtient un très grand nombre de types de tissus urbains. Les tissus urbains anciens se densifiant progressivement au cours de l’Histoire, nombreux sont ceux en Europe qui présente un bâti planaire à nappe perforée, c’est-à-dire un bâti occupant la majeure partie de l’espace mais présentant des cours privés qui sont de véritables « pièces à ciel ouvert » pour les habitants, au statut mi-public mi-privé.

M.R. Conzen développera son analyse en schématisant les interactions entre les forces créatrices du tissu urbain de la façon suivante :

schéma de Michael R. Conzen II

Selon les sociétés, ce sera ainsi le parcellaire qui structurera le système viaire ou l’inverse, selon l’importance donnée respectivement à la propriété foncière et à la circulation.  Les espaces libres, espaces sociaux par excellence, sont dessinés en fonction des types d’interactions sociales désirés (processions, grands rassemblements, formation de petits groupes, séparation ou inclusion des types d’usagers…). Si Henri Lefebvre disait que « La ville est l’inscription au sol des rapports sociaux », les sociologues s’accordent aujourd’hui à dire qu’il existe une action rétroactive entre formes sociales et formes spatiales. La façon dont les hommes pensent et vivent leur espace est détaillée par l’anthropologie de l’espace, discipline initiée en France par Gaston Bachelard (Poétique de l’espace, 1957) et Martin Heidegger (Bâtir, Habiter, Penser, 1958).

illustration photogrammétrie

Aujourd’hui l’infographie permet de disposer de représentations 3D de la ville, à même de permettre des analyses physiologiques plus poussées du tissu urbain : typologie fine des bâtiments, densité de la trame viaire, espaces paysagers induits par le mode d’occupation de l’espace urbain et la topographie du site urbanisé, évolution de la ville au cours de son histoire, logiques d’implantation des systèmes en fonction de contraintes économiques…

 

 

Sources

ALLAIN Rémy, Morphologie urbaine, Armand Collin, 2004

BORIE Alain et DENIEUL François, Méthode d’analyse morphologique des tissus urbains traditionnels, Collection Etudes et Documents sur le patrimoine culturel, UNESCO, 1982

CONZEN Michael, Thinking about Urban Form: Papers on Urban Morphology, 1932-1998, Peter Lang International Academic Publishers, 2004

Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, Commissariat général au développement durable, Modélisation urbaine : de la représentation au projet, 2012

MERLIN Pierre,  Morphologie urbaine et parcellaire, Vincennes, PUV, 1988

SEGAUD Marion, Anthropologie de l’espace, 2e édition, Armand Collin, 2010

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s