A la recherche de l’architecture organique

Bruce Goff, Ruth Ford Hoouse, 1949, Aurora, Illinois

Bruce Goff, Ruth Ford Hoouse, 1949, Aurora, Illinois

Faisant l’objet d’une littérature foisonnante mais peu connue du grand public, l’architecture organique apparue au début du 20e siècle se fonde, contrairement au courant architectural dit moderne, sur la recherche d’une osmose avec le lieu d’implantation du bâti et par une grande inventivité en termes de formes et de matériaux, visant à répondre aux besoins physiques, psychiques et sociaux des personnes conduites à utiliser le bâtiment.

On lui donne ordinairement pour père fondateur l’architecte américain Frank Lloyd Wright, dont les écrits théoriques et les réalisations visent à prendre en compte une intégration poussée de l’édifice à son environnement et à répondre aux besoins immatériels de ses habitants. Son oeuvre maîtresse, Fallingwater (la Maison de la Cascade), en est l’illustration

fallingwater-300x225

Tout comme ses Usonian Houses, dont on voit ici un spécimen

usonian house

Antonio Gaudi est sans nul doute un précurseur du mouvement, ses bâtiments barcelonais fantasques s’inspirant directement des organes et structures d’organismes vivants (coquilles, arêtes, os, membranes…).

Gaudi house

Tout au long du 20e siècle et en ce début de siècle, l’architecture organique fera de nombreux émules, tout particulièrement aux Etats-Unis (avec tout d’abord Bruce Goff, mais également Kendrick B. Kellogg, Bart Prince, Robert H. Oshatz, Arthur Dyson…) et en Italie (Giovanni Michelucci, Luigi Piccinato, Luigi Pellegrin, Carlo Scarpa, Giulio De Luca, Leonardo Ricci, Aldo Loris Rossi, Rolando Scarano, Sarno Architetti, l’atelier Sarno Architetti…), le courant prenant une tournure sociale forte dans ce second pays. Des artistes provenant d’autres contrées européennes seront tout aussi inspirés par l’approche organique, au nombre desquels Alvar Aalto (Finlande), Luc Schuiten (Belgique)et Imre Makovecz (Hongrie).

Eglise conçue par Imre Makovecz

Eglise conçue par Imre Makovecz

L’architecture « standard » se caractérise par ses formes linéaires et sa conception fondée sur une approche très rationnalisante des besoins humains, tandis que le courant organique se fonde sur ce que certains appellent le vitalisme, comme l’expliquent Jean-Philippe Zipper et Frédéric Bekas :

« Le vitalisme apparaît comme une des constantes de l’architecture occidentale et peut se définir par rapport à son contraire, le rationalisme. Si le rationalisme trouve ses fondements dans la Grèce Antique et dans sa dégénérescence romaine, puis réapparait à la Renaissance et dans l’esthétique et l’éthique du Mouvement moderne, le vitalisme, lui, est un écho de l’art primitif. Le rationalisme recherche la mesure, l’équilibre et la stabilité ; le vitalisme aime la spontanéité et le pittoresque, le dynamisme, la profondeur. »

Ainsi même Le Corbusier délaissera-t-il en fin de carrière le fonctionnalisme et le style international pour créer un chef-d’oeuvre organique, la chapelle Notre-Dame-du-Haut.

Chapelle Notre-Dame-du-Haut à Ronchamp

Chapelle Notre-Dame-du-Haut à Ronchamp

Plus récemment, les avancées dans le domaine de la biologie ont permis d’éclairer la morphogenèse des organismes vivants, c’est à dire leurs modes internes de construction. Comme on peut le voir par exemple chez un champignon,le clathre rouge adulte, la nature voit la création de formes complexes et à l’esthétique forte à partir d’éléments géométriques élémentaires.

Clathre rouge adulte

Clathre rouge adulte

Ainsi certains architectes, tel Santiago Calatrava, s’inspirent de structures présentes dans les règnes animal et végétal afin de créer des édifices innovants.

Aéroport dessiné par Santiago Calatrava

Aéroport dessiné par Santiago Calatrava

Dans une approche fondée cette fois sur les mathématiques, l’ouvrage A Pattern Language : Towns, Buildings, 250px-A_Pattern_LanguageConstruction édité en 1977 se fonde sur une analyse géométrique approfondie de l’architecture afin de proposer une théorie affirmant l’existence de 253 éléments élémentaires à la base de toute construction ainsi que leurs règles d’association, nécessaires à la conception de bâtiments aux formes satisfaisantes pour la psyché humaine.

A l’heure de la diffusion des idées du développement durable, l’architecture organique offre une réflexion poussée sur la réduction de l’impact environnemental du bâti ainsi que son intégration au lieu. De plus, elle aborde pleinement   la « poétique d‘espace » décrite par Gaston Bachelard en 1957,   c’est à dire l’appropriation symbolique et sociale de l’espace habité qu’effectue naturellement l’être humain,  dynamique qui lui est vital comme le démontrent l’anthropologie et la sociologie.

Elle constitue ainsi une source précieuse d’enseignements pour l’urbanisme, encore peu exploitée. Cependant certains organismes et personnalités oeuvrent actuellement à sa popularisation sur la scène internationale, comme Ma Yansong, Frédéric Migayrou, Sarno Architetti et Eugene Tsui.

Afin d’approfondir le sujet, voici, en format pdf, un numéro du magazine Le Carré Bleu et un article écrit par Annick Lesne :

L’histoire de l’architecture organique – Numéro Le Carré Bleu (2013)

Vers une architecture organique – Annick Lesne

Certaines vidéos disponibles sur Youtube (toutes en langue anglaise…) nous apportent également quelques explications et illustrations :

Sitographie

http://www.architecture-organique.com/ (fr)

http://www.archilab.org/public/2000/catalog/migayrfr.htm

[article de Frédéric Migayrou sur les concepts directeurs d’un urbanisme organique] (fr)

http://www.architetturaorganica.org/ (it)(en)

http://www.organic-architecture.com/home/welcome (en)

http://www.organicarchitecture.info/organic-architecture-magazine-prospectus/ (en)

[organisation anglophone de formation à l’architecture organique éditant un magazine dédié à ce thème]

http://gerformart.stormloader.com/text_tao.html (de)

[réflexion sur l’apport de la pensée taoïste à l’architecture organique]

http://www.patternlanguage.com/ (en)

[site développé par Christopher Alexander présentant une longue introduction à son approche de l’architecture et des exemples d’application concrète de ses recommandations]

http://vimeo.com/49754822#at=0

[projet architectural et urbanistique développé par Xiaofeng Mei, basé sur le concept de « morphologie dynamique »]

http://www.spiegel.de/international/world/chinese-architect-ma-yansong-brings-green-futurism-to-europe-a-911945.html (en)

[article portant sur le projet développé par Ma Yansong pour le nouveau quartier commercial Zuidas à Amsterdam]

Bibliographie

ALEXANDER Christopher, ISHIKAWA Sara, SILVERSTEIN Murray (1977). A Pattern Language: Towns, Buildings, Construction (Oxford; Oxford University Press)

BACHELARD Gaston (1957). Poétique de l’espace (Paris; P.U.F)

GANS Deborah, and ZEHRA Kuz (2003). The Organic Approach to Architecture (New York; Chichester : Wiley)

MIGAYROU Frédéric (2003). Architectures non conformes (Paris; Editions du Centre Pompidou)

TSUI Eugene (1999). Evolutionary Architecture: Nature as a Basis for Design (New York; John Wiley)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s